Tout savoir sur le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué est une forme de maltraitance physique qui cause de profondes séquelles sur les tout petits. Ses conséquences peuvent dans certaines situations s’avérer très graves et permanentes. En découvrant ce que l’on entend par syndrome du bébé secoué, vous serez capable de préserver les nourrissons qui vivent dans votre entourage.

Définition du syndrome du bébé secoué

L’on parle de syndrome du bébé secoué lorsqu’un adulte agite de manière violente un enfant en le tenant par les épaules, les extrémités ou le tronc. Pour avoir plus d’informations sur le sujet, les parents se rapprochent souvent d’un spécialiste.

Ce qui rend les secousses de bébé dangereuses, c’est la fragilité du cerveau des nourrissons ; il peut saigner et enfler. Lorsqu’un enfant a subi une telle secousse, on remarque des saignements à l’intérieur des yeux et des lésions. Ces blessures ne peuvent nullement être associées à une chute ou un jeu. 

Reconnaitre les symptômes du syndrome

Suite à la secousse, les symptômes du syndrome peuvent ne pas se faire remarquer. Mais, en faisant attention à votre enfant, vous pouvez facilement deviner si votre bébé a subi un dommage interne après une secousse trop violente. 

Si votre enfant présente l’un de ces symptômes, vous devez immédiatement solliciter une aide médicale : 

  • Somnolence
  • Convulsions
  • Perte de connaissance
  • Vomissements et irritabilité. 

Les impacts et les causes du syndrome 

Le syndrome du bébé secoué aboutit dans les cas graves à la mort du nourrisson. Elle s’avère l’une des causes principales de la mortalité infantile. Mais, lorsqu’il ne conduit pas au décès, il agit négativement sur le développement du bébé. Les enfants peuvent souffrir d’épilepsie, de troubles cognitifs, de surdité, de cécité ou de problèmes de diction. 

Les causes

Ce qui amène généralement les grandes personnes à secouer énergétiquement un enfant, ce sont des pleurs incessants. Les secousses sont censées calmer le bébé et ils surviennent généralement après une perte de contrôle. L’impulsivité, les troubles de santé mentale et la consommation de drogues sont d’autres facteurs de risques.  

Les techniques de prévention

Tous les parents peuvent être excédés par les pleurs incessants d’un enfant, mais il suffit de se rappeler de la normalité de ce fait pour s’éloigner du syndrome. Dans certains pays, les autorités ont mis en place des programmes de prévention. Ils aident les parents à comprendre les sanglots de leur enfant. 

Pour éviter de secouer trop énergiquement votre nourrisson, vous pouvez si vous êtes trop stressés déposer l’enfant et revenir après quelques minutes. Vous pouvez également demander à une personne de confiance de s’occuper de l’enfant pendant que vous effectuez des exercices pour retrouver un état serein. Veillez aussi à ne pas laisser votre progéniture dans les mains d’une personne colérique ou impulsive.